Web Toolbar by Wibiya

LE TOURISME SAHARIEN

 

LE TOURISME SAHARIEN

 

" Construisant ensemble la relance "


SAÏD BOUKHELIFA

 

Le désert, le Sahara, deux mots magiques, envoûtants qui laissent l'imaginaire de l'individu construire toutes sortes d'images féeriques, mystérieuses et fantasmagoriques.
Quelqu'un avait dit 'c'est dans le désert que nous apprenons le plus à être nous-mêmes et à être en nous-mêmes. Et c'est dans le désert que nous percevons le plus que c'est dans la finitude de notre existence que nous pouvons ressentir l'infini de la vie et du monde.
Nul espace et nul horizon, quand il s'agit de vagabonder sur le continent des interrogations métaphysiques, ou même philosophiques, ne permet autant que le désert d'aller si loin en soi. Aller en soi, dans le désert, c'est aller vers l'autre, le désert étant le terreau de l'âme qui se parfait ".
Antoine de Saint exupery a évoqué le désert dans ses ouvrages devenus des classiques " Terre des hommes " et le " Petit prince " : " quand je me réveillait je ne vis rien que le bassin du ciel nocturne car j'étais allongé sur une crête les bras en croix et face à ce vivier d'étoiles. N'ayant pas encore compris quels étaient ces profondeurs, je fus pris de vertige............mais je ne tombais point. De la nuque aux talons, je me découvrais noué à la terre. J'éprouvais une sorte d'apaisement à lui abandonner mon poids.....je sentais la terre étayer mes reins, me soutenir, me soulever, me transporter dans l'espace nocturne.... " 
Assurément, le désert fait rêver, il fait divaguer, il permet à l'imagination de se déployer, de chavirer. 
Quant à Théodore Monod (1900-2002), le plus grand spécialiste du Sahara, nonagénaire il parcourait encore les déserts du monde où il y passe plus de soixante années de sa vie. Il déclarait : " le désert en tant que tel est très émouvant on ne peut rester insensible à la beauté du désert. Le désert est beau et propre et ne ment pas. Sa netteté est extraordinaire on est jamais sale dans le désert.... "
Théodore Monod parcourant à dos de chameau, des milliers de kilomètres à travers le Sahara mêlant et démêlant passion et raison, passion et amour, passion et patience. Il affirmait aussi " au désert on ne décide pas, on obtempère "
C'est tout ce panel de fantasmes et de magnificences qui incitent beaucoup de touristes à y venir.

 


LA COMMERCIALISATION DU TOURISME SAHARIEN

Repères historiques :

Quelques années après l'indépendance le Touring Club d'Algérie à Tamanrasset (Hoggar) et à Djanet (Tassili) s'occupait, tant bien que mal, à prendre en charge pour des expéditions les quelques touristes étrangers adeptes d'aventures.
Par la suite la création de l'A.T.A (agence touristique Algérienne étatique) en 1970, permis à celle-ci de prendre le relais avec des moyens matériels et un parc roulant de 4x4 important, dans ces deux régions. L'A.T.A était dissoute en 1979 et remplacée par ALTOUR (Algérie Tourisme) qui régnait sur une soixantaine d'unités hôtelières au nord et au sud, et sur un réseau d'une vingtaine d'agences dont celles de Tamanrasset et de Djanet. En 1983, ALTOUR était également dissoute et ses prérogatives étaient attribuées à l'O.N.A.T qui allait désormais partager la commercialisation de ces deux régions, le Hoggar et le Tassili N'Ajjer avec des agences privées dirigées par des autochtones dont la majorité avait appris le métier avec l'A.T.A et ALTOUR. Ces agences dynamiques, connaissant très bien leur région réalisaient et réalisent de nos jours des prestations d'un niveau professionnel affirmé et reconnu par les tours operators européens. Nous ne citerons que les plus remarquables : " Akar Akar " et sa figure emblématique Mokhtar Zounga et " Mero Man " de Mohamed Rouani pour le Hoggar, " Ténéré voyages " du regretté Hadj Khirani auquel a succédé son fils Ahmed pour le Tassili. Egalement méritent d'être citées : Timbeur, Bois Pétrifié, Horizons Sahariens, Visa, Inter Trek, Plein sud, CAA, Itinérances, Tamrit.
En 1989, les plus performantes réalisaient chacune un réceptif d'un millier de touristes soit en moyenne 100 groupes de 10 personnes, taille idéale pour une expédition, jusqu'à 15 c'est limite, jusqu'à 20, c'est " la foule " ! 
Actuellement, avec l'O.N.A.T, les statistiques dégagent 10.000 touristes reçus en 2005 et 2006 par ces agences de terroir.
Seulement, il faut souligner que selon les informations que nous connaissons et émanant de l'ex A.T.A, de l'ex ALTOUR et de l'O.N.A.T qui avaient eu pendant longtemps le monopole, de facto, l'Algérie touristique n'a pas encore reçu plus de 200.000 visiteurs étrangers dans l'extrême sud, de 1970 à 2006, soit 36 années.
Les principaux tours operators européens, partenaires de l'O.N.A.T et des agences de voyages privées étaient et sont les suivantes :

 

 


France : 
- Explorator, Déserts, Terre entière, Hommes et Montagnes, Atalante, Point Afrique, ZigZag, Randonnées, Allibert, Horizons Nomades, Nomades Aventures ...... les 4 premiers cités depuis une trentaine d'années.

Allemagne : 
- Studiosus Reisen, Althena Reisen et Ikarus, El Dar, et Rotel Tours 
Ce dernier avait la particularité de réaliser ses voyages dans des immenses bus hôtels (dortoirs) dans lesquels les touristes passaient la nuit. Ce tour operator se contentait d'acheter des repas. C'est ce qu'on appelle le tourisme semi- intégré.
Le tourisme intégré , c'est la consommation d'un package complet (hébergement, restauration, transport)
La tourisme non intégré, ce sont les touriste étrangers qui viennent faire du camping caravaning avec dans leur véhicule pleins de denrées et de boissons. Ils ne dépensent rien, sauf par nécessité, ils achètent du carburant, ils vous polluent les sites et puis s'en vont sans aucun apport en devises pour le pays visité.

Italie :
- Kel 12, Sevito Viaggi, Dan Viaggi, Gospel's, Ivet Milan
On notera que près de 80% des touristes sont en provenance de France et quelques touristes Japonais viennent pour les peintures rupestres du Tassili.
Quant au tourismte itinérant, c'est-à-dire le tourisme en autocars à travers la " Boucle des Oasis " (Alger- Chiffa -B.Saada-Lghouat- Ghardaïa- Ouargla- Touggourt- El Oued- Biskra-B.Saada- Lakhdaria- Alger) et " les jardins de la Saoura " 
(Alger-Ghardaïa- El Goléa- Timimoun- Beni Abbes- Taghit- Bechar- Ain Sefra- Laghouat-Ghardaia-Alger). Ce type de tourisme Saharien (moyen sud) générait 85% des recettes / ventes globales au profit de l'A.T.A, ALTOUR et l'O.N.A.T de 1973 à 1990. Ces quinze dernières années, rares ont été les groupes de touristes étrangers, notamment par le biais de l'O.N.A.T qui ont été aperçus dans les Oasis et la Saoura. Peut être deux ou trois groupes. La vétusté des hôtels et l'insécurité y sont pour beaucoup. L'hôtel Kerdada 4* de B.Saada relevant de l'hôtel El Djazaïr (St Georges), un joyau dans le désert doit servir de modèle pour les autres hôtels de la région dégradés pour espérer une réelle relance.
Cette relance dans le moyen sud Algérien (les oasis et la Saoura) serait concrétisée à condition que les hôtels Lous et Souf à El Oued, Oasis à Touggourt, Mehri à Ouargla, Djanoub à Ghardaïa, El Bousten à El Goléa, Gourara à Timimoun, Touat à Adrar, Rym à Beni Abbés, l'hôtel Communal de Taghit, Antar à Bechar, Mekhter à Ain Sefra, Marhaba Laghouat, soit 13 hôtels dont la mise à niveau est devenue une nécessité et plus qu'impérative.

 

Mise à niveau des hôtels

Le ministre y veille personnellement et la loi sera appliquée dans toute sa rigueur. L'ère du laxisme et de l'impunité administrative n'a que trop duré et elle est révolue. C'est la condition sine qua non, le passage obligé par un lifting de qualité pour que nous espérions revoir un jour la cohorte d'autocars pleins de touristes européens sillonnant tantôt l'erg oriental des oasis, tantôt l'erg occidental de la Saoura. Jadis chaque autocar plein de touristes ramenait la joie dans les villes du sud. Les hôteliers, les commerçants étaient ravis. La population locale hospitalière, également.
Naguère le tourisme itinérant (ou tourisme d'étapes) était florissant dans les années 70/80, de 1973 à 1990. C'était notre fleuron. Il faudrait lui redorer son blason, on avait réussi par le passé on réussira dans l'avenir. Nous en sommes convaincus. La nouvelle génération de techniciens piaffe d'impatience afin de prendre le relais, celui de la luminescence. 
Alors de grâce messieurs, à quelque niveau que ce soit si vous aviez l'Algérie touristique au cœur, construisons ensemble la relance du secteur touristique, à court terme, l'extrême sud (Hoggar et Tassili), et le moyen sud (Oasis et Saoura), à moyen terme le tourisme culturel qui doit reposer sur une hôtellerie urbaine de qualité, là aussi la mise à niveau doit être appliquée impérativement, à long terme le tourisme balnéaire souffreteux et tendon d'Achille de la destination Algérie. Notre côte est magnifique, notre hôtellerie maritime, non.

L'intersectorialité : une adhésion franche et convaincue

Notre pays meurtri dans sa chair et dans son âme se reconstruit. Son tourisme aussi. Avec peine peut être mais avec conviction surtout. Mais il faut le préciser, le ministère du tourisme, seul ne pourrait pas réaliser son ambitieux et porteur plan décennal à l'horizon 2015 malgré toute sa bonne volonté et toute sa débauche d'énergie. La reconstruction d'un produit national appelé communément " destination Algérie " requiert l'adhésion franche, effective et convaincue d'une dizaine de départements ministériels. A défaut, de guerre lasse, ce ministère comme dans " la légende des siècles " de Victor Hugo, abdiquera moralement, tout au moins " en déclarant " le combat cessa faute de combattants ". Ce qui nous n'empêche pas à rêver au retour de ces charters pleins de touristes Allemands, Suédois, Finlandais, Britanniques, Français et Hollandais qui atterrissaient sur le tarmac de l'aéroport de Dar El Beida Alger entre 1973 et 1989.
Rêver pourquoi pas ? Il n'est pas interdit de rêver d'autant plus que notre métier consiste à vendre du rêve ! 

 

Sous l'aimable autorisation de Said BOUKHELIFA
spécialiste en tourisme international 
E.Mail : boukhelifasaid@yahoo.fr
Novembre 2006

 

Google  

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×